Écrit par Lara AUGUIN
Publié le 11 mars 2020

Nouvelle réglementation sur la nutrition infantile en Europe

Depuis le 22 février 2020 la réglementation sur la nutrition infantile en Europe a changé, la Directive 2006/141 en vigueur jusqu’ici a été abrogée par le Règlement Délégué 2016/127 et 2016/128. Concernant les préparations pour nourrissons et les préparations de suite à base d’hydrolysats de protéines, le texte s’appliquera à partir du 21 février 2021.Mais qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Dans cet article, nous allons vous aider à bien comprendre cette nouvelle réglementation et les changements qui s’appliquent conjointement.

Règlement Délégué 2016/127 et 2016/128, qu’est-ce que c’est ?

Ce texte du 25 septembre 2015 complète le règlement (UE) n° 609/2013 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne « les exigences spécifiques en matière de composition et d'information applicables aux préparations pour nourrissons et aux préparations de suite et les exigences portant sur les informations relatives à l'alimentation des nourrissons et des enfants en bas âge. » 

En ce qui concerne les Denrées Alimentaires Destinées à des Fins Médicales Spéciales (DADFMS) c’est le Règlement Délégué 2016/128 qui s’applique. Ce sont des produits destinés à répondre à des besoins physiologiques particuliers et dans le cas des laits infantiles par exemple, cela correspond aux formules hypoallergéniques, anti-régurgitation, pour prématurés… C’est-à-dire les produits exclusivement vendus en pharmacie.

Les impacts du Règlement Délégué 2016/127 et 2016/128 sur l’industrie.

Les modifications liées à cette nouvelle réglementation portent sur plusieurs éléments importants. En effet, le périmètre d’action est large et les changements multiples. 

Pour commencer, il y a la volonté de diminuer l’apport en protéines. Il est désormais clairement reconnu que plus les enfants ont une alimentation riche en protéines, plus le risque de développer un surpoids par la suite est élevé. D’où les diminutions qui sont observées sur les formulations infantiles depuis quelques temps et qui deviennent donc aujourd’hui obligatoires. C’est une tendance qui avait été remarquée et appréciée des consommateurs depuis quelques années.  

La réglementation concerne aussi l’augmentation de la limite inférieure de teneur en acide linoléique C18 :2 et de la limite supérieure de teneur en acide alpha-linolénique C18 :3. Ces acides gras sont essentiels au bon développement des yeux et du cerveau des bébés. Globalement ils aident à normaliser la croissance et le développement de l’enfant. Les bébés en absorbent à partir de l’organisme de la maman particulièrement pendant le dernier trimestre, pour préparer leur cerveau à son étape de croissance la plus rapide. Ils en ont besoins après leur naissance pour leur développement.

GettyImages-916200768

La L-Carnitine devient également obligatoire dans les Préparations Pour Nourrissons alors qu’elle était seulement optionnelle jusqu’à présent. Naturellement présent dans le lait maternel, ce nutriment intervient dans le transport cellulaire des acides gras et est aujourd’hui considéré comme indispensable pour les nourrissons en raison de leur faible capacité à la synthétiser. Les nourrissons alimentés à base de régimes à faibles concentrations de L-Carnitine voient leurs taux de plasma et de tissu de L-Carnitine réduits. Ils peuvent en outre développer des troubles liés à l’oxydation des acides gras, au métabolisme des composés de l’acétyl-CoA, à la cétogenèse et au bilan de l’azote. 

Autre point important, le DHA (acide docosahexaénoïque) devient obligatoire dans toutes les recettes, il était également optionnel jusqu’à présent. De nombreux enfants souffrent de carences en DHA bien qu'il soit essentiel à leur développement. Pour un nourrisson, un manque d’apports en DHA peut induire une réduction de la taille des neurones, des troubles visuels et neurologiques. D’après une étude de nutri-bébé SFAE 80% des bébés ont des carences dont le DHA.

Il y a aussi quelques changements de mini-maxi pour des vitamines & minéraux. Notamment la vitamine D qui contribue à la santé des os et des dents dont les bornes se sont bien rétrécies. Essentielles au bon développement des nourrissons, les vitamines renforcent les défenses des tout-petits pour les protéger des maladies. Entre 0 et 3 ans, ils connaissent une croissance spectaculaire. Afin de les accompagner dans cette étape importante de la vie, les minéraux sont indispensables : calcium, fer, zinc, magnésium et fluor sont essentielles au bon développement des bébés. Pour finir, la restriction de l’ajout de glucose fait aussi partie des impacts du Règlement Délégué 2016/127.

En bref, quels sont les modifications importantes ?

Il y a deux catégories de denrées alimentaires directement concernées par ce Règlement Délégué ; les laits infantiles de 1er et 2ème âge et les DADFMS.

Ce qui change concrètement pour les laits infantiles de 1er et 2ème âge c’est premièrement la mise à jour des critères de composition, mais aussi l’obligation de mettre du DHA dans les formules 1ères et 2ème âge, l’obligation de mettre de la L-carnitine dans les formules 1er âge et les allégations interdites sur les formules 1er âge.

En ce qui concerne les DADFMS, les changements sont la mise à jour des critères de composition, l’interdiction des allégations et de toutes les pratiques promotionnelles ou de communication auprès du grand public pour les Aliments Diététique Destinés à des Fins Médicales Spéciales (ADDFMS) entre 0 et 12 mois.


Lara AUGUIN

À Propos de Lara AUGUIN

Lara est experte en marketing digital pour la marque ARMOR PROTÉINES. Elle est passionnée par la rédaction web et le web-design, deux thématiques qu'elle déploie au sein d'Armor Protéines.